jeudi 6 novembre 2014

Humeurs | Pourquoi j'ai décidé de me reprendre en main

J'ai longtemps hésité à écrire ce billet, (oui j'ai du mal à parler de moi c'est un peu le comble pour une blogueuse beauté, non ?) voilà quelques mois que les articles sur le blog ne sont plus du tout réguliers, que je poste une fois de temps en temps des contenus qui sont, à mon sens, de qualité médiocre. Je dois l'avouer, ces derniers temps j'ai eu du mal à trouver l'envie et la motivation de venir par ici... Je n'ai pas la prétention de dire que je manque à quelqu'un, mais bon sang, de mon côté, que la blogosphère me manque ! Mais alors comment expliquer cette absence ?





Ca n'arrive pas qu'aux autres

Je fais partie de ces personnes qui sont toujours de bonne humeur, surexcitée à la moindre petite chose, et toujours prête à aider les autres. Je peux m'extasier devant un rayon de carnet chez Hema, devant la reine des neiges, ou encore devant un plateau de sushis. Oui je peux le dire, j'ai le sourire facile, on dit d'ailleurs de moi que je suis toujours souriante. J'ai longtemps cru que j'étais, en quelque sorte, invincible, que le malheur ne m'atteindrait jamais, et puis d'un coup, bim, ça m'est tombé sur le coin de la figure, comme ça, sans prévenir. La douleur psychique vous connaissez ? Celle qui vous ronge de l'intérieur sans qu'on puisse y faire grand chose, celle que l'on arrive pas à expliquer car elle est bien différente de la douleur physique... Il est plutôt simple d'expliquer que l'on a mal à une cheville cassée ou à la gorge lorsque l'on tousse... Mais la douleur intérieure, celle qui n'est pas visible, comment mettre des mots dessus ? C'est comme être mort au plus profond de soi, on ne se reconnaît plus, on a plus le goût à rien. J'ai passé de longues heures sous ma couette à fixer le plafond en attendant que le temps passe, ou bien à vider les placards pour essayer d'arranger les choses (la nourriture est un bon réconfort). J'ai mis du temps avant d'exprimer mon mal-être, j'ai enchaîné les remises en questions sur tous les plans : professionnel, scolaire, amoureux et amical. J'ai envoyé balader beaucoup de choses, et puis je me suis décidé à demander de l'aide. Et croyez moi, c'est le plus difficile : accepter d'être aidé. J'ai longtemps pris ça pour un échec, le plus gros échec de ma vie d'ailleurs, pourquoi ça m'arrive à moi, comme ça, sans raison ? J'ai du mettre une grosse partie de ma vie entre parenthèse, et blondiejulie a été le premier à souffrir de tout ça. 



Et maintenant ?

Après une hospitalisation et beaucoup de chamboulements, j'ai essayé plusieurs fois de revenir en force, mais je crois bien que ce n'était jamais le bon moment. Je réessaye une fois de plus pour enfin vaincre cette foutu maladie. Ma vie ressemble à un puzzle, j'essaye de rassembler chaque pièce pour en faire une jolie image. Je remonte petit à petit la pente, parfois ça va, parfois ça va un peu moins bien, Je me suis mise au sport afin de m'occuper l'esprit, j'essaye de trouver la motivation qui me fera aller vraiment mieux pour enfin dire : je suis heureuse. En plus, la vie est bien trop courte pour ne pas en profiter. Et puis au final, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, non ?







33 commentaires :

  1. Oh... je te comprends. Il y a un an j'ai traversé une très mauvaise passe, mais contrairement à toi, mon blog a été ma bouée de sauvetage. Aujourd'hui, ça va mieux.
    Tu verras, ça finira par aller mieux <3

    RépondreSupprimer
  2. Ooooh Julie... J'ignorais que tu avais été hospitalisée pour une dépression. Je pensais que c'était quelque chose de physique comme un genou, justement :(

    J'imagine bien que la douleur est plus insidieuse, tu ne peux même pas la comparer à celle des autres. Il n'y a pas de baromètre du mal-être. Je suis vraiment navrée d'apprendre tout ça et j'espère sincèrement que tu vas vite te remettre à flot. Bien sûr que tu manques sur la blogo ! Je me demandais souvent ce que tu faisais, pourquoi tu n'avais pas envie ou pas le temps de bloguer. Je regarde tes publications Instagram avec beaucoup d'intérêt. Si tu vas mal, ça ne se voit pas. Tes posts, photos et articles, sont remplis de bienveillance et de bonne humeur.

    Comment une aussi jolie fille que toi peut-être malheureuse ? C'est un comble ;)

    Je te souhaite beaucoup de bonheur à venir, de l'équilibre, de l'envie et des toujours des sourires, par millier !

    RépondreSupprimer
  3. Courage ma chérie, je suis de tout coeur avec toi. Cette année n'est décidément pas une bonne année pour beaucoup de personnes. Si tu as besoin de parler tu sais que je suis là ♥
    Je t'embrasse fort, tu nous manques ici et aussi sur IG

    RépondreSupprimer
  4. Prends soin de toi Julie! J'espère que tu vas reprendre prise et nous revenir plus en forme que jamais. Je sais à quel point il est difficile de ressentir ce vide à l'intérieur de soi et de s'en rendre compte, de se remettre en question et de n'avoir goût à rien. Ce sont de mauvais passage mais qui peuvent arriver à tous, je te fais confiance tu vas remonter la pente ;)

    RépondreSupprimer
  5. Je te comprend également, j'ai eu des hauts et des bas cette année et l'essentiel c'est de te retrouver, et de remonter la pente !! Courage ma belle.

    Bisous <3

    RépondreSupprimer
  6. Ooooh =( j'ignorais que tu avais était hospitalisé pour cela...la douleur psychique c'est horrible. Je connais ca...Se sentir mal en plus profond de sois et que personne peut nous aider..ou le refus de se faire aider..Mais un jour cela ira mieux Julie! J'ignore la raison du pourquoi mais un jour cela ira mieux! Il ne faut pas se morfondre, blâmer la vie, mais plutôt essayer de comprendre pourquoi et aller de l'avant. La vie est belle même si il y a de la souffrance, de la tristesse, de la colère...Alors courage Julie!! <3

    RépondreSupprimer
  7. Salut Julie,
    C'est courageux de partager cela avec nous. J'ignorais comme beaucoup de personnes que tu avais été hospitalisée pour cela... J'espère que tu vas aller mieux, tu nous manques beaucoup par ici, et peut-être que reprendre le blog te donnera du courage, du moins je l'espère.
    J'ai du mal a t'imaginer malheureuse, toi qui a tant l'air pétillante, j'espère de tout coeur que tu retrouvera vite ton joli sourire. Entoures-toi des personnes que tu aimes, c'est le plus important et ça aide souvent à remonter les douloureuses pentes.
    Gros bisous, je suis de tout coeur avec toi, même si ce n'est qu'à travers un écran <3 <3

    RépondreSupprimer
  8. Bon courage pour la suite, j'espère que tu vas trouver quelque chose qui te permettra d'aller mieux et de remonter la pente.
    Je te fais plein de bisous d'encouragement ;)

    RépondreSupprimer
  9. Oooh, je suis tellement navrée d'apprendre ça ma Julie :( Je savais que tu avais été hospitalisée, mais je ne pensais pas que c'était à cause d'une dépression.

    Tu as entièrement raison à propos de la douleur psychologique : elle ne se mesure pas, et elle est difficile à expliquer, à mettre en mots, et je ne te parle même pas d'en trouver l'origine.

    Prends bien soin de toi, c'est tout ce qui compte ! Et reviens-nous plus heureuse et souriante que jamais :)

    Plein de coeurs et de bisous <3

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir Julie,
    tes écrits m'ont vraiment touchés et j'en ai les larmes aux yeux car je te comprend, je comprend totalement cette douleur ineffaçable qui pourrit la vie surtout lorsque l'ont se retrouve seule, seule face à la réalité. L'impression que sa ne changera jamais, et que le bonheur n'appartient qu'aux autres et qu'il n'est qu'un rêve qu'on atteindra jamais . Je pense qu'il faut le vivre pour le comprendre car personne ne peut imaginer à quel point ce n'est pas anodin et que ces ressentis ne partent pas en un claquement de doigts! Le fait que tu accepte de te faire aider est déjà un grand pas, essaye de mettre de la distance avec tout ce qui ne te veux pas du bien , il va falloir être un peu égoïste et penser à toi , à ton bien être et à ton bonheur . Mais surtout ne garde rien pour toi, ne laisse pas enfouit ces sentiments . Je souhaite sincèrement que cette page ce tourne rapidement pour toi. Nous n'avons jamais eut l'occasion de discuter ensemble, mais si jamais tu as besoin sache que je serai présente ! De gros bisous <3

    RépondreSupprimer
  11. Coucou Julie je trouve que c'est bien que tu en parles,je suis un peu comme toi toujours souriante à cacher mon malheur à l'intérieur je ne souffre pas de la même chose que toi moi c'est la perte d'un être cher mais je sais que mon blog m'offre un peu de bonheur et toutes mes blopines me le rendent bien. C'est une sorte d'échappatoire de la dure réalité qu'est la vie mais il faut s'accrocher aux choses qui nous rendent heureuses.
    Je sais aussi que c'est plus facile à dire qu'à faire parce que je suis moi même le mauvais exemple mais bon je te souhaite le meilleur et surtout le bonheur. Je t'envoie plein de bisous et de courage pour la suite.
    <3 <3

    RépondreSupprimer
  12. Oooooh ma Julie, ton article est vraiment touchant, je t'envoie plein de bisous <3

    RépondreSupprimer
  13. coucou la miss ;)

    J'ai essayé de commenter ton article depuis mon telephone mais je crois que ça n'as pas fonctionné.... Je disais donc, et bien, cela a du te demander un sacré courage pour écrire cet article! Je te disais aussi que je comprenais bien ta situation et que je trouvais ça super courageux d'avoir demandé de l'aide quand tu t'es sentie depassée! Je pense aussi que peux importe ce que les "gens" peuvent penser l'essentiel c'est que tu prennes soins de toi apres tout on n'a qu'une sante :) et que les vrais fans de BlondieJulie seront attendre ^^ :) Je te souhaite tout plein de courage sur le chemin tortueux qui te sépare du bonheur, du vrai ! Bien que je pense que nous en parler est deja un grand pas en avant plein ce courage! Je t'embrasse fort et j'espere que nous aurons un jour l'occasion de nous rencontrer en vrai ! en attendant mes pensées positives t"accompagnent !

    RépondreSupprimer
  14. Coucou Julie,
    J'ai été très touchée par ton article. Moi aussi, j'ai vécu une période compliquée. C'est d'ailleurs à ce moment que j'ai connu ton blog : il me touchait, tes articles étaient toujours très bien écrits, très joyeux, pleins de fantaisie et ça me faisait un bien fou de te lire ! Bravo pour ton courage, Prends soin de toi, reviens vite en pleine forme ! GROS BISOUS !!! Lucie

    RépondreSupprimer
  15. J'espère que ça va aller, je pense souvent à toi <3

    RépondreSupprimer
  16. Courage jolie Julie. Ce n'est pas facile et surtout tu as fait le premier pas, celui d'accepter de te faire aider. C'est le plus dur. J'ai mis 2 ans avant d'aller voir un médecin parce que j'avais honte d'être "faible" face à ma dépression. Sauf qu'en fait c'est exactement le contraire que d'admettre qu'on a besoin d'aide.
    La pente est longue à remonter, il y aura toujours des hauts et des bas, c'est quelque chose qui va te marquer mais le principal c'est qu'un jour tout ça soit derrière. Alors plein de courage et de bisous <3

    RépondreSupprimer
  17. Ton article m'a ému, pour une raison bien particulière. En effet, ma Maman a fait une dépression qui a duré de très nombreuses années, donc je comprend quand tu dis que le fait d'accepter d'être aidé est très difficile. Malgré tout je pense que dans cette situation, on ne peut pas vraiment "s'en sortir" tout seul. Les personnes de ton entourage sauront, je pense, s'adapter à cette situation très délicate pour te soutenir au mieux. Il est vrai que tu dois prendre tout le temps qu'il faut pour aller mieux, car le temps est l'une des clés de la "guérison" je pense. Je t'envoie tout mon courage :s

    RépondreSupprimer
  18. Ton article est très émouvant. En tout cas je suis de tout coeur avec toi (même si on n'a pas eu énormément l'occasion de parler et d'apprendre à se connaitre). Ce que tu viens de faire n'est pas donné à tout le monde et je te trouve super courageuse pour ça. En tout cas entoure toi des bonnes personnes et tu t'en sortiras.
    Si tu as besoin n'hésite surtout pas (en plus je suis a toulouse ce weekend :) )
    Je te fais d'énormes bisous <3

    RépondreSupprimer
  19. Ce que tu as fait est déjà un très beau signe de courage et d'en parler aussi. Tu te bas et c'est formidable. N'oublie jamais que personne n'est parfait, on a tous des moments difficiles mais on a besoin d'être avec les personnes qu'on aime, profiter des moments avec eux, et surtout faire ce que l'on aime. Ne baisse jamais les bras.

    "Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus forts, ni les plus rapides, mais par ceux qui n'abandonnent jamais."

    Courage :)

    RépondreSupprimer
  20. Je découvre ton blog en même temps que ce post et je suis très touchée par tes mots. Je te comprends tellement, je t'envoie plein de courage et de bisous, j'espère que tu te relèveras vite, j'ai hâte de te lire encore et encore ♥

    RépondreSupprimer
  21. souvent les gens ne prennent pas au sérieux quand on leur parle de dépression... pourtant la maladie de l'âme est bien plus difficile à soigner que les maladies du genre "se casser une cheville" comme tu l'as dit... je ne sais pas si j'ai fait une depression, car on ne me l'a jamais vraiment dit, bien que j'ai été voir un psy (mais je suis tellement forte que j'ai réussie à tromper mon psy sur mon état psychique). Mais je suis persuadée d'en avoir fait une. Je suis une merde côté études (entre autres), je suis incapable de finir un cursus scolaire (post Bac), je suis incapable de trouver ma voie... et ça me rend folle, et ça rend fous mes proches, qui ne me comprennent pas. Mais comment les autres peuvent te comprendre alors que toi même tu ne sais plus qui tu es, ce que tu aimes? je pourrais en parler des heures... on dit que c'est la pire des maladies car on n'en sort jamais vraiment... pour moi ça s'avère vrai, j'ai toujours ce trou béant dans mon esprit et j'arrive pas à le combler. J'espère que tu t'en sortiras <3 la vie n'est pas toujours telle qu'on nous l'a décrit! courage

    RépondreSupprimer
  22. Je suis vraiment contente que tu ailles mieux et que tu es eu le courage d'écrire ce billet. N'oublies pas que tu n'es pas seule, nous, lectrices de ton blog, nous sommes là pour toi :)
    Gros bisous Julie <3

    RépondreSupprimer
  23. Je suis vraiment désolée ma Julie ! Je savais que tu avais été hospitalisée mais pas pour cette raison ... Je suis contente de voir que tu vas mieux ! Je ne peux pas savoir ce que tu as traversé, je ne suis pas passée par ça et j'espère ne jamais passer par là (je touche du bois), car c'est pas drôle du tout, j'ai quelques personnes de mon entourage qui ont et souffrent actuellement de la douleur psychique (j'ai une amie et ma tante qui sont atteintes de bipolarité, c'est pire que la dépression car ça revient par cycles...) et c'est vraiment affreux de ne pas pouvoir les aider comme on souhaiterai =(

    RépondreSupprimer
  24. Je te comprends, je suis passée bien des fois par cette phase, jusqu'au jour où j'ai décidé de parler, depuis j'ai compris que parler est un bon moyen de s'en sortir. Que cela soit à un professionnel ou non.
    En tout cas je te souhaite bon courage, comme tu dis la vie est courte, j'espère que tu retrouveras la force de sourire pleinement sans faux semblant !

    Des bisous ♥

    RépondreSupprimer
  25. Je suis un peu dans la même passe, j'ai refusé une hospitalisation mais j'ai accepté de me faire aider "médicalement" et personnellement, ce qui m'apporte le plus de réconfort, c'est mon blog... Je comprends ce que tu veux dire par "vie en puzzle" car j'ai moi aussi envoyé balader pas mal de choses et ça n'a fait que de m'enfoncer, alors que j'étais également une personne très dynamique et souriante.
    Je sais que savoir que je traverse moi aussi une période difficile ne va pas t'aider mais je tiens à te dire qu'il ne faut pas lacher, je suis de tout coeur avec toi et t'envoie plein d'ondes positives (celles qu'il me reste encore) eheheh :-)
    Courage <3

    RépondreSupprimer
  26. Pas besoin de m'épandre ici, tu sais ce que je pense et surtout ce que je pense de toi : je t'aime beaucoup et tu es une fille que je trouve super! <3
    Serai toujours là si tu as besoin <3
    Love love love ♥

    RépondreSupprimer
  27. Coucou, je suis très sensible à ton article, je ne sais pas si c'est de ça dont j'ai souffert l'année dernière, mais j'ai ressenti le même mal. Je connais l'élément déclencheur, ma réorientation de médecine, l'adieu au métier de mes rêves. C'est le plus gros échec de ma vie, j'ai mis des mois pour m'en remettre, je pleurais le matin, le soir, la nuit, je n'arrivais plus à m'endormir correctement, je fermais les yeux, je ne me voyais plus, que du noir, je pensais à la mort, c'est pas facile à écrire car mes parents étaient les seuls témoins de ma souffrance, et impuissants, à cause de moi ma môman s'est remise à fumer -le jour de ma réorientation-, je me sentais coupable et minable d'avoir été malheureuse pour "si peu", si peu pour beaucoup, mais moi ce métier c'était ma vie, j'étais perdue de ne pas savoir quoi faire comme autre "métier", seule à Reims dans mon appartement car j'ai dû finir l'année dans une autre Fac, enfin je suis rentrée chez moi cet été, j'ai trouvé ce que voulais faire, cette année je prépare le concours infirmier, je travaille à côté et je suis de nouveau heureuse, je ne me suis jamais sentie aussi vivante et heureuse, je n'ai pas tout, mais je suis dans les bonnes conditions pour la suite, pour ma suite!
    Je t'embrasse fort Julie, et à très bientôt j'espère (j'ai pleuré en écrivant ces lignes, pas facile extérioriser mais ça fait du bien) Merci.

    RépondreSupprimer
  28. Ton article m'a mis la larme à l'oeil ma Juju ! Si seulement on pouvait se voir plus souvent, on se ferait un gros câlin de soutien toutes ensemble. Tu le sais si t'as besoin de papoter, la Team est là ! Ou même chacune de nous par SMS ou sur Facebook individuellement ! Et puis, à quand la soirée raclette ? (Clem sort de mon corps haha)
    Love chaton <3

    RépondreSupprimer
  29. Ton article m'a beaucoup émue, sans doute parce que je me suis en partie reconnue dans tes écrits. Ces derniers temps, j'ai beaucoup (trop) travaillé pour mes études et à cause de ça, je ne dormais presque plus car je ne faisais que penser à tous les travaux que je devais rendre. Je ne m'arrêtais que pour manger et pour dormir quelques heures. Je ne faisais plus réellement ce qui me faisait plaisir et j'étais au bout du rouleau. J'ai finalement passé cette semaine chez moi, celle qui devait être la dernière semaine de cours de toute ma vie. Ça fait mal de ne pas l'avoir partagée avec mes "voisines de classe" mais ça m'a permis de prendre du temps pour moi. Après tout, c'est ce que le médecin m'avait prescrit: du temps pour moi et beaucoup de repos. C'est ce que j'ai fait, et ce pendant une semaine. Ce genre de "mauvaise passe" arrive souvent aux personnes les plus souriantes, dynamiques et fascinées par la vie et tout ce qu'elle offre car ce sont celles qui ont cette tendance à être les plus sensibles et donc à accuser le coup plus facilement. Je voulais surtout, à travers ce message, que tu ne te sentes pas seule dans ce cas et que tu continues à te battre car c'est un merveilleux acte de courage. Surtout, prends le temps de te reposer pour être vite rétablie. Bon courage et à bientôt :)

    RépondreSupprimer
  30. On est là pour toi ma chérie, en tout cas moi je suis là. J'ai hate de lire tes nouveaux articles

    Love <3

    RépondreSupprimer
  31. Il m'est arrivé une situation similaire, lorsque mon copain est mort, il y a 3 ans. J'ai eu du mal à remonter la pente, et j'ai refusé toute aide. D'ailleurs, je pense que si je m'étais faite aider, ça aurait été plus rapide...
    Plein de bisous et de courage ! <3

    RépondreSupprimer
  32. Je te souhaite bien du courage ma belle j'ai moi même connu une sale période que j'essaie toujours de combattre d'ailleurs, ce n'est jamais simple.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre petit mot, je fais de mon mieux pour vous répondre le plus vite possible ♥