lundi 10 juillet 2017

Humeurs | Ce sentiment d'échec

Il y a un sujet que je veux aborder depuis un moment sur le blog mais que je repoussais sans cesse, aujourd'hui il est temps de poser mes mots pour de bon. Je voulais vous parler des études supérieures et de mon rapport (assez compliqué pour tout vous dire) avec. S'il y en a qui trouve leur voie très jeune, qui savent ce qu'ils veulent faire très tôt (même parfois avant de terminer le lycée), ce n'est pas le cas de tout le monde. Depuis l'obtention de mon baccalauréat (il y a pas mal d'années maintenant...) j'ère sans trop savoir où je vais dans le monde impitoyable des études sup'. Si l'on parle plus facilement des réussites, je pense qu'il est aussi important de s'exprimer sur les échecs car je ne suis probablement pas un cas isolé; bon, et pour dédramatiser un peu la chose je vais illustrer l'article avec des gifs hein, comme à mon habitude.





La difficulté de trouver sa voie


Je vais rentrer dans ma sixième année d'études supérieures et non, je n'ai toujours aucun autre diplôme qu'un baccalauréat littéraire obtenu en 2012. Pourtant ce n'est pas faute d'avoir essayé et de persévérer encore cinq ans plus tard. J'ai commencé par me réorienter une fois, puis deux, puis une nouvelle fois encore... Au début on se dit un an "de retard" ça va ce n'est pas catastrophique, il y a un bon nombre de gens dans le même cas que moi on s'en fiche ! Et puis les années se rajoutent et on commence à sentir l'écart d'âge avec les autres personnes de la formation, le ras le bol de refaire encore et encore une première année. Lorsque je commence à étudier dans un nouveau domaine d'études ça me plait les premiers temps, et puis je décroche petit à petit, souvent durant la période des partiels du premier semestre, c'est comme si ma motivation du début filait sans que je puisse y faire grand chose.




Outre le fait que je me mets la pression toute seule, je pense que la société contribue également à ça. On nous fait comprendre très tôt que sans diplômes, sans formations, il est impossible d'obtenir un emploi correct ou même un emploi tout court, on nous met donc une pression monstre lors de la dernière année de lycée. Il y a aussi une sorte de "compétition" entre les élèves et c'est un truc qui m'angoisse plus qu'autre chose, je suis dans l'incapacité de travailler pour "être la meilleure", ce n'est absolument pas ma façon de fonctionner; si certains y arrivent comme ça tant mieux mais ce n'est pas mon cas.


La comparaison aux autres


Je sais qu'il ne faut pas se comparer, que chacun y va à son rythme mais c'est parfois dur de s'en empêcher, je trouve même que c'est un passage inévitable. Je vois des personnes dont je suis plus ou moins proche avancer, obtenir leurs diplômes, se lancer dans la vie active et faire des projets pendant que moi... Je stagne.

-"Tu fais quoi toi maintenant ?
- Oh, ben je fais une première année pour la quatrième fois"




C'est difficile à accepter car il y a une sorte de sentiment d'infériorité. On se dit qu'on est moins bien que les autres, qu'on ne réussira jamais à faire quelque chose de notre vie. J'admire ceux qui ont eu un parcours parfait depuis la fin du lycée, qui passent les années sans difficultés et suivent leur chemin dans le plus grand des calmes (coucou moi j'arrive je rame derrière mais j'arrive), j'admire leur capacité et leur force de réussite.


La peur, l'échec et puis la honte


Chaque fin d'année le processus se répète, soit j'échoue aux examens soit je me décourage et j'envoie tout balader, j'ai une sorte de blocage qui fait que je panique pendant les périodes de partiels, que mon moral est au plus bas et que je suis pessimiste au possible. Je travaille là dessus avec ma sophrologue (d'ailleurs, un article sur la sophrologie ça vous intéresse ?), rassurez-vous, mais ce n'est apparemment pas suffisant car c'est la même chose, à chaque fois. Vous imaginez à quel point c'est décevant de se ramasser une fois de plus, de trébucher et de se casser la figure encore et toujours.




C'est décevant pour moi, certes, mais également pour mes proches. Mes parents m'aident encore financièrement (même si j'ai un boulot à temps partiel à côté de mes études) malgré mon âge, je dépends en grande partie d'eux, ils me font confiance et je n'arrive pas à l'honorer,(ma grand mère m'aide aussi, ce n'est sûrement pas facile pour elle tous les mois mais elle y tient) car chaque année c'est pareil : j'échoue



Relativiser 


Le verdict vient de tomber, cette année encore je n'ai pas réussi à valider entièrement ma deuxième année de licence en langues étrangères appliquées, mais j'ai décidé de ne pas abandonner lâchement comme j'ai pu le faire auparavant. Je ne perds pas mon objectif de partir vivre à Lisbonne, je ne veux pas laisser tomber si près du but. Pour une fois je veux aller au bout des choses et pouvoir être fière de moi, et rendre mes proches fiers également. Le plus important c'est d'arriver à son objectif, pas la manière dont on y est arrivé, car la finalité reste la même. Et puis de toute façon, ça ne sera jamais du temps perdu car l'on apprend toujours de ses échecs







Et vous, elles se passent / se sont passées comment vos études supérieures ?






On peut également suivre mes aventures au quotidien sur mon compte nstagram, sur ma page facebook et sur ma page hellocoton.


22 commentaires :

  1. Éh bien moi ma bichette, tu aurais détesté me croiser à l'école. J'ai fait une prépa HEC et une école de commerce. La dernière année, j'étais en alternance, ce qui ne m'a pas empêché de valider un double master 2. Les études me semblaient plutôt faciles. J'ai mis mon cerveau en OFF, j'ai juste suivi une voie toute tracée. Je suis endettée. J'ai terminé l'école en 2011 et je continue de payer mes études aujourd'hui... Plus que deux mois mais tu vois, c'est lourd. J'ai galéré à trouver du travail. Je me suis vraiment battue. Et puis un grain de sable a enrayé la machine l'année dernière. La bulle a éclaté et je me suis demandée ce que je foutais là. Rien ne me convenait plus. J'ai tout envoyé bouler. J'ai 30 ans et je remets tout en question, retour à la case départ ! Je ne pense pas reprendre mes études (même si j'aimerais bien quelque part) mais je revois toute ma conception du travail.

    Peut-être que je vais te donner une mauvaise piste parce que je ne te connais pas assez, mais as-tu entendu parler de "Je pense trop" de Christel Petitcollin ? C'est peut-être un début de réponse pour toi.

    Bon courage, je sais que tu finiras par trouver ton chemin. Certains enfants apprennent à marcher plus tard que les autres. Mais au bout du compte, on marche tous aussi vite ;)

    RépondreSupprimer
  2. Coucou ! C'est bien que tu t'exprimes à ce sujet, pas tout le monde ne réussit facilement et on tendance à ne rien dire. Ma sœur vit ce genre de problème, elle a fait de fois la même année, et s'est réorienter cette année (en espérant que se soit la bonne), mais à prévu d'autre plans pour cette année ! Je pense que tu devrais persévérai et peut être envisager des concours qui n'exige pas des années d'études ( je pense). Mais surtout trouve ta voie, tu prends peut être du temps et d'autre plus facilement mais quand tu atteindra ton but, les autres n'auront plus aucune importance ;)
    Plein de bisous :)

    RépondreSupprimer
  3. On est pas tous égaux face aux études et au stress et à la pression ! Allez courage, ne lache rien ! Ne te décourage surtout pas !!! Bisous

    RépondreSupprimer
  4. Mon chaton ♥
    C'est pas facile pour tout le monde, même pour ceux qui ont l'air de se balader parfois ... Il faut s'accrocher, tu finiras par trouver ce qui te fais vibrer !
    Moi j'avais jamais trouvé d'alternance pour ma licence, au final je suis allée aux USA et j'ai fait une autre licence l'année suivante pour me retrouver dans un boulot qui n'a rien à voir et que je déteste au final ^^
    Perd pas espoir !!
    Bisous mon chat

    RépondreSupprimer
  5. Pour évoquer un peu mon cas : J'ai commencé par un BAC L, sauf je ne l'ai pas obtenu. N'étant pas épanouie dans cette filière, j'ai fait un Bac Pro Commerce, puis un BTS MUC (Management des Unités Commerciales), je n'ai pas aimé le domaine. La chance avec un BTS MUC, c'est de pouvoir s'orienter dans pas mal de branche dont les Ressources Humaines. J'ai fait une licence RH que j'ai obtenu.
    Et n'ayant pas trouvé dans le domaine dû au peu d'expérience, je n'ai pas trouvé de boulot.
    Finalement, j'ai trouvé comme Assistante administrative avec un peu de RH. Et, je reprends mes études à 28 ans dans cette même entreprise pour un Master RH.
    L'avantage c'est que j'ai tout fait en alternance, donc finalement, ce n'est pas du temps perdu.
    Aujourd'hui, j'ai trouvé ma voie, même si j'avoue que mon dada, c'est l'écriture. Mais, ça ne m'empêche d'écrire ;)

    Comme quoi, rien est perdu.
    J'espère t'avoir donné confiance pour l'avenir.

    RépondreSupprimer
  6. Personnellement je n'ai pas fais de grandes études, j'ai eus mon BEP vente, puis j'avais commencé mon BAC PRO commerce en alternance, mais mon employeur m'ayant lâchement lâcher, je n'ai pas retrouver pour continuer du coup j'ai commencé à travailler. Et depuis (donc 2009) je n'ai jamais arrêté et je ne regrette pas spécialement car les études de toute façon ce n'était pas trop pour moi, j'ai toujours préféré la pratique.
    Comme je le disais encore ce weekend, on nous bassine avec les diplômes qu'il faudrait avoir etc, mais maintenant ça n'a plus rien avoir avec il y a quelques années. Le BAC se décroche facilement (y a certaines personnes je ne sais pas comment elles font pour l'avoir...) ou alors lorsque c'est le moment de chercher un boulot il y a deux cas de figures : soit trop diplômé pour avoir le salaire auquel on s'attend, soit tout simplement pas d'offre dans sa branche.
    Mes deux frères ont poussés les études un peu plus loin que moi et les deux ne travaillent pas dans la branche qu'ils auraient souhaiter. A moins de vouloir faire un vrai métier où il faut certaines connaissances (médicale, justice etc enfin ce genre de chose) je trouve qu'il ne faut pas trop se prendre la tête :/
    Courage à toi ma jolie !!!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour.
    Tu n'es pas la seule dans cette situation : je connais plusieurs personnes, brillantes, qui ont eu beaucoup de mal à trouver leur voie, certaines à 45 ans ne l'ont d'ailleurs toujours pas trouvée...
    Quand j'ai fait mes études (au siècle précédent), j'ai choisi d'aller dans une école où je ne pouvais pas rater. J'ai donc passer les concours d'infirmières et d'assistante sociale. Et j'ai fini AS au bout de 3 ans, sans avoir eu trop de questions à me poser... Cela me garantissait un métier et la possibilité de travailler toujours facilement.
    Au bout de 10 ans, j'ai commencé à évoluer. L'année prochaine, je reprends la fac et je vais tenter un Master 2. Je crois plus en mes chances de réussir maintenant : je sais précisément ce que je veux et comment y arriver. Ce dont j'aurais bien été incapable à 20 ans. Comme le dit les jolis slims plus haut, tout le monde n'apprend pas à marcher en même temps...
    Courage en tout cas pour la L2 : il ne doit pas te manquer grand chose, accroche toi!

    RépondreSupprimer
  8. Très joli article Julie, toujours aussi bien écrit. Je me suis reconnue dans certains de tes propos moi si je peux te donner UN CONSEIL : c'est NE LACHE RIEN ET N'ECOUTES PAS LES GENS
    Pour info j'ai échoué au bac L puis j'ai repassé un bac pro en 1 an, un BTS en 1 an puis une licence pro ;-)
    Gros bisous <3

    RépondreSupprimer
  9. Coucou Julie,

    Tu as raison de ne pas lâcher, c'est important d'aller au bout de ton objectif surtout si celui-ci te tient à coeur. Pour ma part j'ai suivi la voie du social après mon bac. J'ai obtenu un diplome qui n'est absolument pas reconnu auprès des établissements, de certains professionnels et dans lequel il n'y a pas beaucoup de boulot ^^ Si seulement j'avais su...

    Pourtant depuis quelques années je travaille dans une structure et je m'accroche! Je fais des remplacements car il n'y a pas de poste pour moi et pour mon diplôme. Mais à la fin de l'année une de mes collègues doit partir en retraite, alors j'ai décidé de préparer une VAE pour pouvoir la remplacer car il me faut le bon diplôme!

    Allez on ne lâche, courage!

    Bisous à toi Julie

    RépondreSupprimer
  10. Allajah mon petit chou, on se faisait la réflexion avec des potes, cette période est vraiment merdique. Pour ma part j'ai eu un bac L et un licence d'anglais et en plein Erasmus ça a été la grosse question de "je fous quoi maintenant"? Du coup j'ai fais ma M1 que j'ai obtenu et du coup là mon M2 en Publication numérique dans une école sur les sciences de l'information et des bibliothèques.. Cette année a été vraiment très nulle je dois dire car elle était commune à tous les M2 et clairement on s'est tous demander ce qu'on foutait là .. Mais la clé, c'est s'accrocher et penser au futur qui en théorie sera brighter ahah. En tout cas je t'envoie une tonne de courage mais surtout une tonne de câlins <3

    RépondreSupprimer
  11. Coucou ma beauté, alors déjà : ce n'est pas parce que tu t'es réorientée plusieurs fois et que ça n'a pas marché que tu es nulle, on est tous fait pour quelque chose et même si je ne te connais pas bien je sais que tu as de grandes qualités et des capacités qui te permettront à un moment donné d'arriver là où tu veux <3. Et je suis d'accord avec toi, on vit une époque assez compliquée, tout se calcule au diplôme, à la renommée de ce dernier, au classement... ce n'est pas mon truc non plus, mais accroches toi ma chérie et tu vas la valider cette année de LEA <3 je crois à 100% en toi !! Beaucoup de courage ma beauté et pas de démotivation!! <3

    RépondreSupprimer
  12. il ne faut pas te décourager! chacun son rythme et son parcours (qui est semé d'embûches pour certains).
    Ensuite, tu as l'impression d'être seule alors que ce n'est pas le cas! Il y a pas mal de gens dans ta situation qui ont des difficultés à trouver leur voie ou à valider leurs années, alors accroche toi!
    Enfin, pense à tous ceux qui ont suivi un parcours classique, sans soucis et qui 10 ans plus tard se posent la question de la réorientation professionnelle (j'en fais partie). Je ne savais pas quoi faire au lycée, j'ai choisi une école généraliste, et j'ai fait ce que l'on attendait de moi, ce que la société attendait d'une bonne élève, sans trop de poser de questions, sans goût particulier pour un domaine… Il faut du courage pour arrêter quelque chose que l'on a commencé que ce soit des études, une relation, ou un travail, alors ne te voie pas comme quelqu'un de faible, mais comme quelqu'un d'entier qui a aussi eu le courage de se remettre en cause!

    RépondreSupprimer
  13. Coucou ma belle,
    Ton post m'a pas mal remuée car il me rappelle mes propres échecs, mes craintes et mes doutes^^ Pour ma part j'ai ramé pour obtenir le bac, j'ai débarqué à la fac à genre 20 ou 21 ans (alors que beaucoup avaient 17-18 ans...) et après tout a roulé. 6 ans d'études, 2 Master 2 à la sortie. Pourquoi ça a marché ? Car la fac c'était le système fait pour moi ! Mais j'ai vu plein de monde se casser la gu**le autour de moi. Tu n'as jamais pensé à un BTS ou une filière pro pour toi ? Je ne dis pas ça pour te blesser ou quoi mais certains ont besoin de cadres et tu en as en BTS. Alors que perso j'avais besoin qu'on me fiche la paix et que je puisse trier mes cours et ne pas aller à ceux qui ne me semblaient pas utiles pour valider mes partiels. Donc la totale liberté c'était juste salvateur après des années "d'enfermement".
    Après je pense aussi qu'il faut savoir s'accrocher. Perso, j'ai jamais autant bossé que mes 2 premières années de fac car j'avais trop peur de rater et de me prendre un mur. Le verdict a été sympa et à partir de la L3 j'ai bossé mais sans trop me fouler non plus et j'ai eu la chance de valider mes 2 M2 avec mention donc c'est une petite satisfaction personnelle. Tout comme aller en cours et tout comprendre voire même connaître la moitié du cours juste car le sujet te passionne et que t'as déjà lu plein de bouquins sur le sujet, c'est top aussi :)
    Tu es forcément faite pour quelque chose, il faut juste trouver quoi et te demander ce que tu aimes, ce qui te passionne, ce qui t'anime, ce qui te plairait même à 6h du matin et comme ça, tu auras plus de motivations je pense :)
    En tout cas n'hésite pas à me MP car je suis partie dans tous les sens je crois donc je ne sais pas si j'ai été claire lol
    Plein de gros bisous ma douce <3

    RépondreSupprimer
  14. Hello ma belle !!! Les études ... une galère ... J'ai presque 30 ans et je ne travaille toujours pas! J'ai fait une licence LEA en 6 ans au Mirail car j'ai redoublé à cause de l'espagnol chaque année sauf la 2ème, et après j'ai tenté sans succès le Master ... Puis j'ai voulu me tourner vers l'alrternance donc deux concours, j'ai été prise dans une école mais impossible de trouver une alternance ... Donc après je me suis dit pourquoi pas l'enseignement et là j'ai certes mon master 2 MEEF mais j'ai échoué 3 fois au CRPE et bref je suis mal car je vis chez mes parents et j'ai galéré a trouver un job l'an passé ... Car soit on est trop qualifié soit pas assez d'expérience ... Et je te comprend j'ai un peu honte quand les gens me demandent ce que je fais ...

    Enfin bref j'espère que tu vas réussir et partir en Erasmus à Lisbonne, je viendrais te rendre visite comme ça hihihi ♥♥♥

    Et puis même si j'ai dur j'ai espoir qu'on va trouver ce qui nous plait vraiment et enfin s’épanouir ♥♥

    Des bisous ma Julie ♥♥♥

    RépondreSupprimer
  15. Ouii il faut trop que tu testes ma douce :D

    RépondreSupprimer
  16. Il ne faut bat se battre contre les autres, mais contre soi-meme.

    C est selon moi la cle pour avancer et digerer les echecs (et j en ai eu beaucoup a gerer pendant mes etudes superieures)

    RépondreSupprimer
  17. oh la la la. Tu n'as plus de motivation au moment des examens du premier semestre. Tous les ans. Pauvre petite. Et B-O-S-S-E-R, tu as essayé?
    Parles en à ta professeur de sophrologie, elle doit pouvoir t'aider (lol).
    Stupide.
    Ce qu'il faut lire comme c... je ne vois pas comment cela peut arriver sur le huff...

    RépondreSupprimer
  18. Les études, ça semble tellement important et nécessaire quand on est dedans. Mais sur le marché du travail, tout ces masters ne servent à rien.
    Mes amis ont tous fait des master en histoire, phylo, LEA, des doctorats de socio. Mais derrière, il n'y a que le RSA, la reconversion, ou prof qui nous attend.

    Moi j'ai tout laché. Ce genre d'étude loin des réalités du monde ne servent à rien. Juste à se rassurer, à se dire qu'on est "toujours dans le circuit". On redouble des années de fac inutile, car ça retarde l'échéance du monde du travail.

    Finalement j'ai voyagé, et quand je suis revenu j'ai seulement décidé de faire ma passion.
    Et c'était la meilleure idée. J'ai toujours voulu faire des documentaires, du coup vuq ue je faisais un peu de montage à la maison je suis devenu intermittent du spectacle.
    Tu as des vacances quand tu veux, ça paye bien (4100€/mois net), et ça m'a évité des études à la con et des jobs de salariés en prison CDI.

    Faites le bon choix.
    Vous n'avez qu'une vie.

    Des bisous ;)

    RépondreSupprimer
  19. Super article ma belle ! Je trouve qu'il faut parler de ce genre de chose et surtout il ne faut pas que tu lâches ! Un jour tu trouveras ta voie c'est sur :D

    Pleins de bisous :)

    RépondreSupprimer
  20. Je me suis tellement retrouvée dans ton article ! J'ai 24ans avec 5ans de licence de bio(que j'ai même pas obtenue)! Je suis allée dans cette voie par dépit vu que je savais pas vraiment quoi faire plus tard ! Puis le faite de savoir que ma cousine de 18ans vient d'avoir son bac et que pour moi c'est encore le seul diplôme sur j'ai...ca soule ! Le regard des autres est pesant...se dire que vu qu'on galère à avancer Bah on vaut moins que les autres etc... Mais depuis, je pense avoir trouvé ^^ j'ai été prise en dut info et j'espère que ça se passera mieux !

    RépondreSupprimer
  21. "Il n'y a pas d'échec, juste des expériences" :)
    Ce n'est pas facile de trouver sa voie, en même temps on nous aide pas vraiment... mes études supérieures ça été un peu n'importe quoi aussi : 1 an de fac d'italien ou j'ai abandonné car je tombais en dépression. Puis, je me suis accroché et j'ai réussie à obtenir mon BTS dans une filière complètement différente, la communication. Puis je me suis spécialisée dans le digital jusqu'à mon M2 que j'ai cru ne pas avoir... puis aujourd'hui je bosse et ce n'est pas encore totalement ça. J'ai l'impression que les incertitudes ne sont jamais terminées !
    Tout ça pour dire, qu'il ne faut pas abandonner, ne pas lâcher et croire en ses rêves. Tu peux y arriver, j'en suis sur <3 you're the boss!

    RépondreSupprimer
  22. Mes années d'études supérieures ont été décevantes : Je ne pensais pas avoir mon bac vu mes notes tout le long de l'année qui étaient basses malgré quelques envolées dans certaines matières. La plupart des profs pensaient que je n'y arriveraient pas et me l'ont fait savoir... De rage je l'ai eue du premier coup !
    Ensuite 1 ère année de fac où j'abandonne au bout d'un mois car je ne me sentais pas à ma place dans cette filière, ville... Je commence donc un atelier avec le Point information jeunesse de mon coin où il faut trouver un stage de 3 semaines en 1 mois dans le domaine que tu veux découvrir. J'ai tenue deux semaines avant de claquer la porte, les recherches de stages infructueuses dans mon domaine m'ont attirée les foudres de ma "formatrice". Je passe le reste de l'année scolaire à chercher une voie dans les études supérieures et je trouve une licence intéressante.
    1ère année de licence ratée d'1/4 de point soit à 9.75... J'accepte de repiquer mais au début de l'année je vais voir l'assesseur pour voir si je peux basculer en seconde année... Il me promet monts et merveilles et une semaine plus tard, il m'annonce qu'en fait non ça n'est pas possible mais que par contre je peux suivre quelques cours de 2ème année en avance en complément des cours que j'avais à rattraper... Pour 5 cours demandés je n'ai qu'un de validé : l'espagnol ! Le cours bateau qui est commun à toutes les filières. J'accepte en serrant les dents. Cette fois-ci j'ai ma première année et je valide l'espagnol de seconde année.
    2ème année de licence ratée à 1/2 point soit 9.5, je n'ai pas validée de crédits européens pour passer en AJAC (ajourné mais autorisé à continuer) alors que j'ai validée un semestre sur les 2 (mais non il faut 15 crédits minimum pour chaque semestre et moi j'ai 30 et 12). Et là je me suis dis que s'en étais trop, j'arrête tout. D'ailleurs je dois encore appeler la fac pour qu'elle m'envoie mon bulletin des rattrapages....

    Me voilà donc à traîner des pieds pour m'inscrire à pôle emploi...

    RépondreSupprimer

Merci pour votre petit mot, je fais de mon mieux pour vous répondre le plus vite possible ♥